Activités chargées pour la délégation togolaise présente aux assemblées de printemps.



Le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, présent donc à Washington où se déroulent les Assemblées de printemps du FMI et de la Banque mondiale, rencontrera ce mercredi plusieurs personnalités du monde économique et de la finance.
Tout d’abord, une rencontre avec Abebe Selassie, le directeur général adjoint du FMI et chef du Département Afrique et ensuite s’entretiendra avec le directeur des Finances publiques de l’institution. Le Togo et le Fonds ont conclu début janvier, au titre de la Facilité élargie de crédit FEC), un accord de financement d’un montant de 238 millions de dollars, soit 128% du quota du Togo au FMI. L’enveloppe accordée est à taux 0, remboursable sur une durée de 10 ans avec un différé de 5 ans.

 M. Sani Yaya et son collègue de la planification du développement   Kossi Assimaidou ainsi que le reste de la délégation togolaise, rencontreront par ailleurs, les responsables de la Banque mondiale. Cette institution  vient d’ailleurs  d’accorder un financement de 65 millions de dollars sous la forme de dons et de prêts. Le ministre de l’économie et des finances participera ensuite, à deux forums importants. L’un consacré à l’économie informelle en Afrique subsaharienne, puis l’autre ayant trait  aux moteurs de l’inclusion financière numérique en Afrique.

Autres activités au cours de ce séjour marathon de la délégation togolaise présente aux assemblées annuelles de printemps du FMI et de la Banque mondiale, la participation  au colloque organisé par la Banque mondiale sur l’état de l’Afrique. Une occasion  d’examiner l’évolution économique du continent. Il s’agira d’identifier les opportunités et défis majeurs que l’Afrique doit relever, dans une conjoncture économique mondiale toujours plus incertaine. Ledit  colloque sera l'occasion aux uns et autres, de réfléchir aux solutions permettant de stimuler et pérenniser des investissements nécessaires sur le continent, en améliorant la coordination entre les politiques macroéconomiques nationales et régionales et l’action des différentes agences internationales de développement.

Cet événement sera suivi d’une table ronde à laquelle participeront des dirigeants et des chefs d’entreprises africains. La table ronde permettra également de souligner la nécessité de favoriser davantage les investissements du secteur privé pour combler le déficit d’infrastructures sur le continent. Elle présentera aussi des réalisations positives dans ce domaine et les nombreuses opportunités d’investissements à saisir.