Des Opérateurs économiques informés des dispositions nouvelles contenues dans la loi de finances 2018



C’était au cours d’une rencontre d’échanges organisée par le Conseil National du Patronat (CNP) sous le parrainage du Ministre de l’économie et des Finances Monsieur Sani YAYA
Nombreux sont les opérateurs économiques  qui ont répondu ce matin à l’invitation du conseil national du patronat (CNP) pour échanger sur le thème : loi de finances 2018 et politique fiscale du Gouvernement. Cette rencontre a justement pour but de permettre au secteur privé de mieux comprendre les enjeux de cette année en matière d’allègements fiscaux et contribuer d’une façon ou d’une autre au développement économique du pays. A travers cette rencontre, c’est aussi une  possibilité de promouvoir la recherche d’une meilleure compétitivité pour les entreprises togolaises en les outillant mieux.

Le Ministre de l’économie et des finances, entouré pour la circonstance de ses collègues du commerce Mme Legzim-Balouki et de l’industrie Monsieur Attigbé IHOU a insisté sur le caractère très pratique de cette rencontre : « Nous avions souhaité que cette rencontre soit pratique avec une certaine ouverture d’esprit. Je voudrais dire merci au président  du patronat  pour les actions menées dans le cadre de la bonne tenue de cette rencontre. Je vous adresse les félicitations de Son Excellence Monsieur le Président de la République, ainsi que les appréciations du premier ministre. Je voudrais vous dire également que ce rendez-vous d’échanges, cadre parfaitement avec la vision du chef de l’état, qui a initié le cadre de concertation entre l’état et le secteur privé tout récemment et que préside Monsieur le Premier ministre. Je souhaite qu’à la fin des échanges, que tout le monde puisse mieux s’approprier les dispositions contenues dans la loi de finances gestion 2018».

Des discussions, il en ressort des propos des responsables de l’OTR que le ministre de l’économie et des finances, œuvre chaque jour afin qu’il y ait véritablement de bons rapports entre la structure OTR et les opérateurs économiques. Par rapport aux allègements fiscaux, on retiendra deux grandes parties notamment la fiscalité de porte et les impôts.
Pour le premier cas c'est-à-dire la fiscalité de porte, la question concernant la taxe portant sur le  laisser- passer  qui a besoin de base juridique serait réglée à partir du vote de la loi de finances gestion 2018, qui permet également d’apporter des correctives pour que le Togo soit plus en phase avec les directives de l’UEMOA ;

Pour le second cas c'est-à-dire les impôts, l’on parle des dispositions permettant l’élargissement de l’assiette fiscale et certaines mesures en faveur du climat des affaires. L’on notera tout de même l’exonération des droits d’enregistrements et droits de timbres.

Les commissaires de l’OTR, ont vivement souhaité que les chefs d’entreprises outillent leurs agents, afin que les états financiers de l’année 2018 respectent les nouvelles formes incluant les dispositions intégrant les normes de l’OHADA.

Il importe de signaler qu’il y a eu une baisse de l’Impôt sur les Sociétés (IS) passant de 29% à 28% en  2017 et 2018 et probablement une nouvelle baisse de l’IS à 27% d’ici peu ainsi qu’une refonte générale du code des impôts. Toutes les actions énumérées ici, donnent des signaux forts au secteur privé selon le Ministre de l’économie et des finances qui fait cette précision : « Je voudrais vous dire que le chef de l’état accorde beaucoup d’importance à ce maillon fort de l’économie qu’est le secteur privé. Nous travaillons pour élargir la base fiscale et l’Office Togolais des Togolais des Recettes fait preuve de créativité et de réactivité en matière de niches fiscales afin de  desserrer l’étau et parvenir à une politique qui permette à l’état de mieux compter sur les entreprises dans leur quête quotidienne  d’investissement en vue du  développement du pays. Le Gouvernement avec la force et la détermination qu’il faut, soutiendra toujours le secteur privé ».
Tout comme les responsables du Conseil National du Patronat qui ont apprécié la qualité des échanges et du débat, monsieur Sani YAYA a remercié les participants de cette rencontre qui a lieu dans un esprit d’ouverture, de fraternité, de cordialité permettant tout de même de lever des zones d’ombres et d’apporter des clarifications sur le thème retenu.

Pour tout compte fait, le Gouvernement souhaite un partenariat entre le secteur public et le secteur privé et souhaite avoir un secteur privé fort, riche, capable et résilient.