La BCEAO diffuse les comptes extérieurs du Togo au titre de l’année 2015



La rencontre de ce 18 mai s’articule autour du thème central suivant : « Commerce extérieur dans les pays membres de l’UEMOA en 2015 : évolution et perspectives ».
Le ministre de l’économie et des finances était représenté à cette cérémonie par  le Directeur de cabinet Monsieur Kossi TOFIO.

Selon  le rapport publié,  l’économie mondiale a évolué en 2015 dans un environnement  caractérisé par une décélération, avec un taux de croissance économique à 3,1%. Au plan national, la situation économique a été marquée par la poursuite des travaux de construction et de réhabilitation des infrastructures de base, notamment routières, ainsi que des travaux de construction d’une nouvelle aérogare à l’Aéroport international Gnassingbé Eyadéma de Lomé, d’un port de transbordement et d’une darse au Port autonome de Lomé. La campagne agricole a été relativement satisfaisante, soutenue par la poursuite de la mise en œuvre du Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA). Dans ce contexte, la balance des paiements du Togo a enregistré en 2015 un excédent de 114.995 millions contre un déficit de 76.490 millions en 2014. Cette évolution résulte d’un endettement net de 235.317 millions du compte financier et d’une hausse de 1.856 millions de l’excédent du comte de capital, atténués par la dégradation de 46.190 millions du déficit courant. Le déficit courant hors dons publics rapporté au PIB se situe à 13,1% contre 12,1% en 2014, en liaison notamment avec la hausse du déficit de la balance commerciale.

Le déficit du solde des transactions courantes s’est aggravé de 46.190 millions, en passant de 226.373 millions en 2014 à 272.563 millions en 2015, du fait de la dégradation de 39,3% de la balance commerciale.

Le compte de capital a dégagé un solde excédentaire de 159.393 millions contre 157.538 millions en 2014, soit une hausse de 1,2%, en liaison essentiellement avec la progression des envois de fonds des travailleurs migrants destinés aux investissements. Ainsi, les échanges avec l’extérieur se sont soldés en 2015 par un besoin de financement de 113.171 millions, couvert par les opérations financières.

En effet, le compte financier a enregistré en 2015 des entrées nettes de capitaux à hauteur de 225.472 millions contre des sorties nettes de 9.845 millions, en ligne avec l’évolution des investissements directs et de portefeuille. Les transactions extérieures se sont soldées, en 2015, par une hausse des avoirs extérieurs nets des institutions monétaires de 114.995 millions, en relation avec l’augmentation de 119.330 millions des avoirs extérieurs nets de la Banque centrale, atténuée par le repli de 4.335 millions de ceux des banques de dépôt. S’agissant de la position extérieure globale nette, elle a enregistré un repli de 80.207 millions avec un solde net de 309.232 millions, contre 389.439 millions un an plus tôt, en raison principalement de la progression des engagements au titre des autres investissements, en particulier les prêts et les crédits commerciaux.

Il ressort de ce qui précède, et au regard des évolutions passées, un caractère structurel du déficit du compte courant du Togo. Afin de résorber les déséquilibres extérieurs du Togo, des recommandations de mesures de politiques économiques sont formulées à l’endroit des autorités nationales : la poursuite des programmes et projets d’aménagement et de réhabilitation des terres agricoles, pour accroître la production des cultures vivrières en vue de limiter les importations des produits alimentaires, en particulier le riz ; l’amélioration de la production des cultures de rente, en particulier le café et le cacao, par des actions urgentes et volontaires de reboisement des zones de production, la poursuite de la mobilisation des producteurs, la mise en place de crédits spécifiques aux producteurs, et le renforcement de l’appui-conseil aux producteurs ; la poursuite du renouvellement des outils de production dans les industries manufacturières et extractives ; la poursuite de la promotion touristique au Togo, par l’amélioration de la capacité d’accueil dans les principales agglomérations ainsi que la réhabilitation et l’extension des sites touristiques ; la poursuite des efforts de mobilisation suffisante des ressources extérieures (dons et emprunts).

Dans son allocution au nom du ministre de l’économie et des finances, le Directeur de cabinet Kossi TOFIO estime que face à cette situation: «Des mesures urgentes doivent être prises ».

Lesquelles actions passent notamment par la levée des contraintes qui entravent le dynamisme et la compétitivité du secteur privé des pays de l’Union, avant d’ajouter qu’ : «en vue d’inverser cette tendance déficitaire de la balance des transactions courantes, il y a lieu d’approfondir la réflexion sur les perspectives et les actions à mettre en œuvre. Une des pistes de solutions qui a été proposée au cours de l’édition 2016 de la journée de diffusion des comptes extérieurs était de réduire les importations des produits de consommation, à travers la promotion de la consommation des biens locaux. Pour ce faire, les acteurs du secteur privé devraient améliorer la qualité de leurs productions et les adapter aux exigences du marché local».

Notons pour finir que, les questionnaires relatifs à la balance des paiements au titre de l’année 2016 sont actuellement renseignés par un échantillon d’acteurs de la vie économique nationale.