Le Budget 2018 Adopté



Les députés ont adopté mercredi le projet de loi de finances.
Assainissement des finances publiques, accélération de la croissance et prise en charge de la demande sociale, telles sont les principales caractéristiques de la loi de finances gestion 2018. La loi de finances 2018 qui vient d’être voté, s’équilibre en ressources et en charges à 1.321,9 milliards de FCFA. Tout d’abord, l’adoption de la loi de finances va permettre au gouvernement de poursuivre la mise en œuvre du programme conclu avec le FMI. Ensuite, La politique budgétaire sera axée sur la poursuite de l’amélioration de la  mobilisation des ressources internes, une meilleure allocation de ces ressources sur la base de l’efficacité des investissements publics, la maîtrise des dépenses courantes et du déficit du solde budgétaire. La loi de finances pour la gestion 2018 consacre 44,5% des ressources aux dépenses orientées vers les secteurs sociaux dont une bonne part sera réalisée dans le cadre du Programme d’Urgence de Développement Communautaire(PUDC) et du Programme d’Appui aux Populations Vulnérables (PAPV). Les secteurs sociaux qui seront couverts sont entre autres : l’éducation, la santé, le développement socioéconomique à la base à travers la réalisation rapide des projets d’infrastructures socio-économiques en milieu rural et semi-urbain.

 A ce effet, Sani Yaya, le ministre de l’Economie et des Finances a indiqué que : « La réalisation des mesures et actions annoncées ci-dessus exige de la part de tous les acteurs une forte adhésion aux objectifs poursuivis par le Gouvernement qui est déterminé à créer un environnement propice pour accélérer la croissance économique et réduire de façon sensible la pauvreté des populations les plus vulnérables de notre pays grâce aux investissements sociaux prévus dans la présente loi de finances. Le Gouvernement s’engage à utiliser de façon rationnelle les moyens que vous venez de mettre à sa disposition en observant rigoureusement les procédures budgétaires en matière d'exécution des dépenses et de recouvrement des recettes afin d'éviter l’accumulation des arriérés et les dérapages préjudiciables à la dynamique engagée ».

Tout en évoquant le soutien que l’état apportera au monde des affaires, le ministre a laissé entendre que la crise socio politique actuelle peut avoir des incidences sur l’exécution normale du budget : « L’adoption de cette loi de finances 2018, marque également la volonté du Gouvernement de poursuivre le remboursement de la dette intérieure commerciale en vue de dynamiser l’activité économique à travers le secteur privé. Un des risques majeurs qui pèserait sur la mise en œuvre de la présente loi de finances serait la persistance de la crise socio-politique que traverse notre pays. C’est pourquoi le Gouvernement en appelle à l’apaisement de la situation  socio politique pour favoriser un climat propice aux affaires et à l’investissement ». 

Le Togo va amplifier les réformes fiscales et élargir la base fiscale afin de réduire la pression fiscale sur les entreprises privées. Le texte avait été déposé à la commission des finances de l’Assemblée le 10 novembre dernier.