Le Fonds Monétaire International (FMI) achève sa mission sur une note d’optimisme



L’objectif de la mission, est de faire la première revue du programme d’appui du FMI dans le cadre de la FEC, sous la conduite de Monsieur Ivohasina Razafimahef nouveau Chargé de mission du F M I pour le Togo.
 Du 23 au 30 octobre 2017, plusieurs sujets à caractère économique ont fait l’objet d’échanges à tous les niveaux aussi bien au ministère de l’économie et des finances, qu’au niveau d’autres ministères et structures concernés par cette revue.

La mission, au cours d’une conférence de presse tenue ce 30 octobre, note avec satisfaction que : L’activité économique a progressé à un rythme modéré au premier semestre de 2017 et s’est accompagnée d’un faible niveau d’inflation. Le taux de croissance économique en fin d’année devrait se situer légèrement en deçà de 5%. Le taux d’inflation nominal en glissement annuel à juillet était de -2,5%, principalement en raison de la baisse des prix des denrées alimentaires; le taux d’inflation sous-jacente, abstraction faite des prix des denrées alimentaires, était de 0,6%. L’assainissement des finances publiques a commencé avec pour objectif de ramener la dette à un niveau plus soutenable. Les dépenses ont été considérablement réduites. Le solde budgétaire primaire a enregistré un excédent de 1,4% du PIB entre janvier et juin 2017.

Toutefois, la mission souligne que : «  Malgré les perspectives à moyen terme globalement positives, grâce à la hausse attendue de la productivité qui a été favorisée par la modernisation récente des infrastructures et par les financements extérieurs obtenus à des conditions favorables, l’économie Togolaise pourrait faire face à des risques. En particulier, les tensions si elles persistaient pourraient entamer la confiance des consommateurs et des investisseurs et, par conséquent, avoir une incidence sur les performances macroéconomiques ».

Se rapportant à l’exécution du budget, les services du Fonds Monétaire International au terme de la mission, ajoute que : « Les autorités déploient de grands efforts pour aligner le projet de budget 2018 sur leur programme de réformes économiques appuyé par l’accord de Facilité élargie de crédit. Elles visent un assainissement plus poussé des finances publiques avec un déficit budgétaire primaire prévisionnel de 0,2% du PIB. Cette consolidation sera réalisée grâce à une augmentation des recettes ainsi qu’à une réduction des investissements financés sur ressources intérieures (en pourcentage du PIB). La mission a encouragé les autorités à poursuivre leurs efforts de consolidation pour ramener la dette en deçà du seuil de risque accru de surendettement du secteur public. Ces efforts permettront de créer un espace budgétaire pour d’autres dépenses sociales essentielles à la réduction de la pauvreté. La mission a également réitéré la nécessité d’améliorer davantage le climat des affaires et d’encourager les investissements privés ».

En attendant la soumission des conclusions de cette revue au conseil d’administration du FMI pour approbation en vue d’un décaissement d’une nouvelle tranche d’environ 20 milliards de f CFA, le nouveau chargé de mission du FMI pour le Togo Monsieur Ivohasina Razafimahef se félicite des progrès de notre pays, reste donc optimiste : « Le programme économique du pays est globalement sur la bonne voie, avec l’ensemble des critères de réalisation quantitatifs réalisés et les réformes structurelles continuant de faire l’objet d’une mise en œuvre progressive. En particulier, les financements non orthodoxes de l’investissement public, qui avaient conduit à une accumulation rapide de la dette ces dernières années, ont été arrêtés. La première revue au titre de la Facilité élargie de crédit est provisoirement inscrite pour examen par le Conseil d’administration du FMI en décembre 2017 ».

De son coté, Monsieur Sani YAYA, ministre de l’économie et des finances  présent à la conférence de presse sanctionnant la fin de la mission précise tout d’abord que : « Le programme vise un développement économique du Togo. Nous sommes donc là pour partager les conclusions ».Faisant part de sa satisfaction en ce qui concerne le déroulement de cette mission, le ministre YAYA a laissé entendre à l’endroit du public  : « Tout le programme s’articule autour de la maitrise de l’endettement qui était à fin 2016 à 80%.Il  serait, à ce jour à près de 71% sans prendre en compte la dette des sociétés d’Etat et donc conforme pratiquement à la norme UEMOA qui demande aux états  de se   situer en dessous de 70 % du PIB. Tout ceci prouve à suffisance qu’en si peu de temps l’endettement du Togo a connu une baisse significative ».
 
Le Togo et le Fonds monétaire international (FMI) ont conclu en janvier dernier à Lomé au titre de la Facilité Elargie de Crédit FEC), un accord de financement d’un montant de 238 millions de dollars, soit 128% du quota du Togo au FMI.