L’Économie se porte mieux d’après les conclusions des travaux du CNC



Dernier Conseil national du crédit (CNC) de l’année 2016 ce mercredi 21 décembre au siège de la BCEAO à Lomé.
Cette rencontre, à laquelle assistaient le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, son collègue de la Planification, Kossi Assimaïdou, ainsi que  le directeur national de la BCEAO, Kossi Ténou, a pour but de faire un bilan tous les trimestres concernant l’évolution de l’économie togolaise.

Ainsi donc l’on notera  que le contexte macroéconomique est favorable selon  le Conseil. La croissance étant de 5%, la progression des prix modérée et le taux d’inflation moyen annuel a été de 1,8%.

Cet  environnement aura  permis aux banques et aux institutions de micro finance de jouer pleinement leur rôle d’intermédiation financière. 

Concernant  les dépôts,  ils sont en hausse mais cependant, le volume des crédits a reculé dans le secteur bancaire, mais a en revanche augmenté dans celui des SFD.

Les banques sont toujours confrontées à une dégradation du portefeuille avec un nombre élevé de crédits non remboursés. A cela, il faut ajouter l’absence de solvabilité de nombreux demandeurs et des taux d’intérêts qui demeurent élevés à 5,8% .
Le Conseil a recommandé à la Banque centrale d’approfondir la réflexion, en concertation avec les banques, pour tenter d’inverser cette tendance.

Enfin, des instructions ont été données pour parvenir à une opérationnalisation rapide du Bureau d’information sur le crédit.

‘Cette lenteur pénalise, non seulement les banques et leurs clients, mais également l’Etat dans la mesure où elle nous fait perdre des gains de points dans le classement Doing Business. En outre, elle retarde l’éligibilité du Togo au programme Compact de Millennium Challenge Account’, a souligné Sani Yaya.

Le Conseil national du crédit a pour mission d’étudier les conditions de fonctionnement du système bancaire et financier et d’évaluer les performances de l’économique.