Publication des résultats de la cinquième édition de l’enquête de prévision macroéconomique édition 2017



Contribution significative des banques dans le financement des investissements
Le ministère de l’Economie et des Finances a rendu public mercredi les conclusions de l’enquête de prévision macroéconomique 2017. Un document réalisé grâce au concours du PNUD et de l’Union européenne. L’atelier a été a été présidé par le secrétaire général du ministère, Monsieur Badanam Patoki.

Tout comme les précédentes éditions, celle de 2017 a pour but d’actualiser les données relatives aux principaux indicateurs relatifs à la situation économique des entreprises notamment le niveau de production et d’investissement, les échanges de biens et services avec le reste du monde pour les années 2016 et 2017 ainsi que les prévisions pour l’année 2018. L’enquête a été réalisée sur un échantillon de deux cents (200) entreprises tirées dans une base de sondage constituée à partir des données de l’Office togolais des recettes (OTR) mises à jour jusqu’en 2015. Cette base de sondage est constituée de 21.968 entreprises des secteurs secondaire et tertiaire, excluant le secteur primaire et le secteur informel. A la fin de la phase de collecte, 149 entreprises ont effectivement contribué à l’enquête, soit un taux de réponse de 74,5%.

Présidant ce matin du 09 mai 2018, les travaux le secrétaire général du ministère de l’économie et des finances Monsieur Badanam PATOKI souligne: «les résultats de cette cinquième édition couvrent les secteurs secondaire et tertiaire. Ils portent sur les aspects conjoncturel et structurel de l’activité économique des entreprises. Ces résultats indiquent globalement un ralentissement du rythme de croissance. Le taux de croissance de production attendu en 2017 est de 2,6% contre 6,6% en 2016. Le chiffre d’affaires croîtrait de 2,0% contre 3,3% en 2016. La valeur ajoutée connaitrait une décélération, passant de 3,6% en 2016 à 3,2% en 2017. Le niveau d’investissement enregistrerait une baisse de 18,6% en 2017 par rapport à son niveau de 2016 ».
 
Les performances négatives relèvent sans aucun doute du résultat  de plusieurs mois de tension politique dans notre pays, mais fort heureusement, la contribution des banques au financement de l’économie est plus appuyée. Elle est passée de 24,5% en 2016 à 44,7% en 2017. Pour 2018, les prévisions devraient être meilleures. Le secteur privé semble avoir intégré les aléas politiques : « En ce qui concerne les prévisions pour l’année 2018, une croissance de 4,9% et 2,5% est respectivement prévue pour le niveau d’investissement global et celui de la production. S’agissant du financement de l’économie, il est observé une contribution plus élevée des banques dans le financement des investissements en 2017. En effet, la part du financement bancaire des investissements passerait de 24,5% en 2016 à 44,7% en 2017, soit un bond de 20,2 points. Selon les prévisions des Chefs d’entreprises, le financement de l’investissement sur fonds propres passerait de 72,9% en 2016 à 51,6% en 2017. Tels sont les principaux résultats auxquels nous sommes parvenus au terme de la cinquième édition de l’enquête de prévision macroéconomique pour l’année 2017, avec votre précieux concours. », Indique le représentant du ministre de l’économie et des finances.

Pour la sixième  édition qui portera sur l’année 2018, il importe que la mobilisation soit encore au rendez-vous notamment au niveau de l’accueil en ce qui concerne les  agents de collecte afin de permettre une meilleure amélioration du taux de réponse, en le faisant passer au-delà de celui de 74,5% enregistré en 2017.