Aller au contenu principal
Ministère de l'Economie et des Finances

Les Grands enseignements du sommet chine –Afrique

Publié le : 05 sep 2018
Economie Togolaise

60 milliards de dollars mise à la disposition des pays membres du FOCAC

Le chef de l’Etat Faure GNASSINGBE a pris part au 7ème Forum sur la Coopération sino africaine le lundi 03 AOUT à Pékin. Il a été accueilli à son arrivée au Palais du peuple où s’est déroulée la cérémonie par son homologue chinois Xi Jingping. Une conférence qui se tient tous les trois ans depuis 2000 et qui donne l’occasion aux deux partenaires de préciser leurs objectifs communs et les moyens d’y parvenir. 51 Etats ayant établi les relations diplomatiques avec Pékin sont présents.

« La mer dans son immensité subit l’influence des cours d’eaux », ce proverbe chinois ressorti par le Président Xi Jinping rappelle les principes d’égalité et de solidarité qui fondent la coopération sino-africaine.  Selon XI Jinping, les destins des différents peuples du monde n’ont jamais été aussi étroitement liés face à des défis tels que l’hégémonie et la politique du plus fort qui persistent, le protectionnisme et l’unilatéralisme, les guerres et les conflits, le terrorisme et les épidémies qui s’entremêlent.

Le Président Xi Jinping donne le ton lors de son discours d’ouverture en annonçant, une enveloppe de 60 milliards de dollars mise à la disposition des pays membres du FOCAC. Le N°1 chinois a dans le même temps, précisé huit initiatives en faveur des pays membres du FOCAC portées principalement sur le développement des infrastructures, la modernisation de l’agriculture, la formation des jeunes, le marché unique du transport aérien africain, la paix et la sécurité, le soutien aux importations en provenance de l’Afrique et l’annulation des dettes non remboursées arrivées à terme en fin 2018.

 

« La Chine a décidé d’organiser sur son territoire une foire économique et commerciale Chine-Afrique. Elle encouragera les entrepreneurs chinois à accroître leurs investissements en Afrique, construira et modernisera des zones de coopération économique et commerciale en Afrique. Elle accompagnera l’Afrique dans ses efforts à atteindre la sécurité alimentaire d’ici 2030.  La Chine va aussi réaliser 50 projets d’aide à l’Afrique dans les domaines de développement vert, d’écologie et de l’environnement ainsi que 50 projets dans le domaine de la santé avec surtout le centre de prévention et de contrôle de maladies et les hôpitaux d’amitié Chine-Afrique », indique-t-il. Enfin, Le leader chinois a rappelé les principes qui ont toujours guidé les relations entre la Chine et l’Afrique, caractérisés essentiellement par la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays et le respect de leur souveraineté. ‘Nous serons très consciencieux (avec cette somme). Nous ferons une étude de faisabilité complète avant de sélectionner un projet’, a souligné Xu Jinghu. ‘Il s'agira d'aider l'Afrique à renforcer sa capacité d'autosuffisance, et d'éviter (d'accroître) la dette’.

 

Pour sa part, le Président sud-africain Cyril Ramaphosa, coprésident du FOCAC a invité à travailler davantage à l'équilibre des échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique pour que les deux parties puissent en tirer meilleur bénéfice.

Paul KAGAME, Président du Rwanda, Président en exercice de l’Union africaine a précisé que le FOCAC est devenu un moteur puissant de développement pour l’Afrique. Il a insisté sur le renforcement des institutions sur le continent afin de rendre les pays capables d’attirer le maximum d’investissements

L’initiative « Une ceinture et Une Route » est un vaste programme chinois qui s’intègre à l’Agenda 2063 de l’Union africaine, aux Objectifs de Développement Durable et aux stratégies de développement de tous les pays africains.

De son coté, Faure Gnassingbé apprécie le bienfondé de cette coopération Chine -Afrique : « Je voudrais, à mon tour, saluer la tenue de ce sommet, qui est une véritable célébration de l’amitié et du progrès, et exprimer ma profonde gratitude au Président Xi JINPING pour le soin tout particulier qu’il accorde à la coopération sino-africaine. Depuis notre arrivée à Beijing, nous sommes l’objet de mille attentions, dans la pure tradition d’hospitalité multiséculaire du peuple chinois ; Et je voudrais également vous en remercier. Monsieur le Président Xi JINPING, dans le cadre de ce Forum et généralement dans les relations sino-africaines, votre pays met un point d’honneur à promouvoir un modèle exemplaire du partenariat Sud-Sud, mutuellement bénéfique qui se diversifie et se renforce. Au regard du contexte international extrêmement changeant que nous connaissons aujourd’hui, je me réjouis davantage de cette position constante, fondée sur le respect mutuel, la sincérité et la recherche de résultats concrets ». 

En outre, le chef de l’état togolais fait savoir à son auditoire que : « Les liens qui unissent l’Afrique et la Chine sont pérennes, car ils se nourrissent de la sève vivifiante de l’amitié que nous avons choisi de partager, de cultiver et d’assumer au regard de tous. C’est le propre de l’amitié de n’avoir d’autre justification que le choix assumé des amis de cheminer ensemble. Les amis s’enrichissent de leurs différences. Ils se soutiennent en toutes choses. Jamais ils ne cèdent à la tentation de jugements péremptoires ou de critiques hâtives. Les amis agissent l’un envers l’autre avec fidélité et loyauté. Oui. L’Afrique et la Chine sont des amis et des partenaires, adeptes d’un multilatéralisme éclairé et constructif. Nous avons foi dans la coopération lorsqu’elle produit des résultats tangibles et Contribue réellement à favoriser les avancées Depuis dix-huit ans, les nombreuses réalisations obtenues dans différents secteurs ont fait du Forum sur la coopération sino-africaine une importante plate-forme pour le dialogue collectif et une véritable bannière de la coopération internationale. À titre d’illustration, le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique a été multiplié par 17 entre 2000 et 2017 ».

Lors de la conférence de presse de clôture, le président du Sénégal Macky Sall, qui assure la coprésidence tournante du Focac (Forum sur la coopération Chine-Afrique) a appelé l'Afrique à ne ‘pas avoir la conscience perturbée’ par les critiques occidentales contre la dette des pays africains vis-à-vis de Pékin. ‘Tout ce que nous faisons avec la Chine - j'insiste là-dessus - est parfaitement maîtrisé, y compris le volet financier, le volet de la dette", a souligné Macky Sall. La Chine est le premier partenaire commercial de l'Afrique. Elle investit annuellement plusieurs milliards de dollars sur le continent depuis 2015 dans des infrastructures (routes, chemins de fer, ports) ou des parcs industriels. Des investissements largement salués par les pays africains.Ces initiatives chinoises suscitent toutefois des critiques croissantes venues d'institutions ou d'instituts de recherche occidentaux. Ils estiment que l'endettement de l'Afrique est en grande partie dû aux prêts généreux accordés par Pékin.

La Chine n'a pas augmenté le niveau d'endettement de l'Afrique. Les raisons derrière la dette africaine sont complexes’, a réagi mardi Xu Jinghu, la représentante spéciale du gouvernement chinois pour les Affaires africaines. Elle incrimine les fluctuations de l'économie mondiale ‘qui ont accru le coût du financement pour l'Afrique’ et le recul des recettes fiscales pour les pays exportateurs de matières premières à la suite de la baisse des cours mondiaux. ‘Même pour les pays lourdement endettés, la Chine n'est pas le principal créancier. C'est donc insensé et infondé de mettre la dette africaine sur notre dos’, a plaidé Mme Xu.  

 

Top