Aller au contenu principal
Ministère de l'Economie et des Finances

Le FIDA décaisse au Togo 4,32 milliards de francs CFA dont 2,16 milliards de francs CFA sous forme de prêt et le reste sous forme don pour le compte du MIFA

Publié le : 08 fév 2019
Economie Togolaise

Le secteur agricole reste l'épine dorsale de l'économie togolaise. Il fournit plus de 60% des emplois et contribue à 41% du PIB.

L’accord de financement du Projet d'appui au mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques (ProMIFA) a été signé à Lomé par Lisandro Martin, directeur régional de la division Afrique de l'Ouest et du Centre du FIDA, et Sani Yaya, le ministre de l'Economie et des Finances. On note la présence à cette cérémonie de Mme Demba A.TIGNOKPA, ministre de la planification et du développement économique et de monsieur Koutéra BATAKA ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique.

La convention signée jeudi porte sur un premier financement d’un bailleur au profit du MIFA dont le montant est de 6.600.000 euros (environ 4,32 milliards de francs CFA) dont 2,16 milliards sous forme de prêt et le reste sous forme don.

Le nouveau projet développera en premier lieu la production et la commercialisation du riz, des produits maraîchers, du maïs et des volailles afin d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des communautés rurales. ‘Bien que le secteur agricole demeure le principal employeur des jeunes, en particulier des femmes au Togo, les opérateurs du secteur financier hésitent à leur accorder des crédits’, a déclaré M. Martin. 

Accès durable à des services financiers

‘ProMIFA facilitera l'accès durable à des services financiers adaptés aux petits exploitants et aux micros, petites et moyennes entreprises agricoles, afin qu'ils puissent développer leurs activités et accéder aux marchés.’ ProMIFA vise aussi à créer des emplois et à améliorer les revenus des populations rurales vivant dans les zones du projet, et à faire en sorte qu'au moins 30% des participants au projet soient des femmes et 40% des jeunes. Il facilitera l'accès des communautés rurales aux services financiers en augmentant les prêts consentis aux petits exploitants agricoles et aux petites et moyennes entreprises rurales, tout en améliorant l'éducation financière. De plus, le projet appuiera la mise en place d'un mécanisme de financement et d'atténuation des risques, développera de nouveaux produits financiers et améliorera la qualité des services financiers. ProMIFA renforcera également la capacité des institutions financières afin qu'elles puissent aider les petits exploitants à élaborer des plans d’affaire et leur fournir des produits financiers répondant à leurs besoins.  

'Cet appui du FIDA n’est pas le fruit du hasard, C’est le résultat de la volonté politique et de la vision du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE. C’est également l’expression de la confiance du FIDA en cette vision. Une vision incarnée dans le Plan National de Développement (PND) qui, sur la période 2018-2022, prévoit un processus de transformation structurelle et profonde de notre agriculture afin d’en faire un levier de création d’emplois, de richesse et d’accroissement des revenus des populations. Mais le résultat de la volonté politique du chef de l’Etat. C’est également l’expression de la confiance de l'institution en la vision incarnée par le Plan national de développement', a déclaré Sani Yaya. 

L’émergence économique du Togo passe par des stratégies ambitieuses et des politiques volontaristes visant la transformation structurelle de l'agriculture. C’est pourquoi, le gouvernement a adopté une nouvelle approche dynamique et intégrée en vue de répondre plus efficacement aux défis qui se posent au secteur agricole., a souligné le ministre. Et Pour finir, le ministre de l’économie et des finances remercie le FIDA pour son appui : «  Je voudrais tout particulièrement saluer la célérité des équipes du MIFA et du FIDA dans l’élaboration et la validation de ce projet. En effet, en quelques trois mois, plusieurs missions du FIDA ont séjourné au Togo pour un travail ardu avec les équipes du MIFA. C’est vous dire l’importance que nous accordons à l’agriculture, convaincus du rôle qu’elle joue dans le développement de notre pays. Face aux enjeux et au regard des contraintes auxquelles fait face ce secteur, le gouvernement ne cesse de déployer d’inlassables efforts, en synergie avec les acteurs et les partenaires au développement pour lever ces contraintes et assurer l’essor du secteur. Ces efforts ont permis de renforcer les capacités de production de notre agriculture avec une incidence positive sur la sécurité alimentaire et la croissance de notre économie. Les progrès réalisés dans la lutte contre la malnutrition ont été d’ailleurs salués en 2013 et en 2016 par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation (FAO) ».

Plus de 50 000 ménages ruraux vulnérables bénéficieront d'un projet de 35 millions de dollars destiné à stimuler la croissance économique rurale inclusive et à créer des emplois dans les zones rurales grâce à une approche axée sur les filières agricoles, selon les détails de l’ accord de financement conclu jeudi par le gouvernement togolais et le Fonds international de développement agricole (FIDA).Depuis l’établissement du partenariat, le FIDA a participé au financement de huit programmes et projets de développement rural au Togo, en investissant 21,75 milliards de FCFA. Ces projets et programmes ont bénéficié directement à plus de 320 000 ménages ruraux.

Le FIDA apporte son appui aux populations rurales depuis 40 ans, en leur donnant les moyens de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, le FIDA a octroyé environ 20,4 milliards de dollars sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons en faveur de projets qui ont bénéficié à quelque 480 millions de personnes.

Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est à Rome, le centre névralgique des Nations Unies pour l'alimentation et l'agricult

 

Top