Aller au contenu principal
Ministère de l'Economie et des Finances

Neuvième édition de la journée annuelle de diffusion des comptes extérieurs du Togo, consacrée à la situation de l'année 2017.

Publié le : 01 juil 2019
conteneurs

Les échanges extérieurs du Togo se sont soldés en 2017 par un excédent de 10 milliards de FCFA, après un solde positif de 67 milliards de FCFA enregistré en 2016.

C’est le secrétaire général du ministère de l’économie et des finances Monsieur Badanam PATOKI qui a présidé les travaux au nom du ministre de l’économie et des finances. Les comptes extérieurs de 2017 permettent, d'appréhender le profil des échanges extérieurs du Togo. La cérémonie donne l’occasion à tout un chacun de mieux comprendre l'évolution des échanges du Togo avec l'extérieur, et de faire des commentaires et propositions d'amélioration.

Les échanges extérieurs du Togo se sont soldés en 2017 par un excédent de 10 milliards de FCFA, après un solde positif de 67 milliards de FCFA enregistré en 2016. Cette situation résulterait d'un excédent du compte de capital de 141 milliards, atténué par une sortie nette de capitaux de 78 milliards et un déficit du compte courant de 56 milliards. En pourcentage du Produit Intérieur Brut, le déficit des transactions courantes s'est chiffré à 2% en 2017, contre 10% en 2016.

Selon la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), l’amélioration observée au niveau des transactions courantes en 2017 fait suite principalement à la baisse des importations de biens. En effet, en comparaison avec leur niveau de 2016, les achats extérieurs de biens du Togo ont fléchi de 19% en 2017, soit 221 milliards en valeur. Cette régression des importations est due principalement au repli des achats de biens intermédiaires et d'équipement, en relation avec l'arrivée en phase terminale des grands travaux d'aménagement et de réhabilitation des infrastructures, notamment portuaires, aéroportuaires et routières.

Toutefois, précise la BCEAO, au regard de l'enjeu lié à la mise œuvre du Plan National de Développement, sur la période allant de 2018 à 2022, les importations de biens intermédiaires et d'équipement devront sensiblement croître au cours de cette période. Afin de maintenir le déficit des transactions courantes à un niveau soutenable, voire inverser cette tendance déficitaire, des actions urgentes visant le développement des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d'industries extractives, telles que préconisées dans le deuxième axe stratégique du Plan National de Développement, doivent se poursuivre.

Selon le représentant du ministre de l’économie et des finances : « Cet axe stratégique vise le développement industriel dans des secteurs créateurs de valeur ajoutée et tournés significativement vers l’exportation et la satisfaction de la demande interne. Dans ce contexte, il est attendu un accroissement des exportations et une baisse des importations de biens de consommation. La conjonction de ces facteurs contribuerait à une amélioration du solde des transactions courantes, à court et à moyen termes. C'est à ce titre que je voudrais évoquer quelques initiatives entreprises par le Gouvernement togolais, qui pourraient concourir à l'atteinte de l'objectif de réduction du déficit du compte courant. Il s'agit, entre autres : du Mécanisme Incitatif de Financement Agricole (MIFA), lancé officiellement, le 25 juin 2018, par le Chef de l'Etat, et du développement des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industries extractives. Comme vous le savez, le MIFA vise, à travers le partage des risques, à faciliter le financement du secteur agricole, de manière à réduire significativement les importations de produits agricoles qui pèsent sur notre balance des paiements et nos réserves de change. Dans le cadre de la mise en œuvre de ce Mécanisme, plusieurs conventions ont été signées avec différents acteurs, dont celle avec les Entreprises de Services et Organisations des Producteurs de riz (ESOP riz), en faveur du financement de la filière riz au Togo ».

Monsieur PATOKI s’est en outre félicité de la tenue du Forum Union européenne Togo en indiquant qu’: «il est nécessaire pour notre économie d'établir de nouvelles relations d'affaires, un facteur important de diversification de la destination des produits ''Made in Togo''. Dans ce sens, le Togo a organisé, du 13 au 14 juin 2019, le Forum Togo - Union Européenne. Cet événement de haut niveau, qui a regroupé, notamment des investisseurs étrangers et togolais, des décideurs politiques et des patrons de grandes institutions financières, a servi de plate-forme pour explorer les opportunités d'investissement et de partenariat entre l'Union Européenne et le Togo ».

Il a enfin émis un souhait celui de voir le délai de production des statistiques en ce qui concerne la production des comptes extérieurs passer de onze mois à neuf mois. A cet égard, il a invité le Comité de la Balance des Paiements du Togo à poursuivre ses efforts, en vue du respect de la norme internationale.

Top