Aller au contenu principal
Ministère de l'Economie et des Finances

Le Togo se félicite des bons points du Doing business

Publié le : 25 oct 2019
Doing Business

Vision, ambition et volonté politique, les fondements du résultat obtenu selon Sani YAYA

Les officiels et les responsables de la Banque mondiale à Lomé se sont félicités des résultats obtenus par le Togo dans le dernier classement Doing Business publié ce matin.

‘Ces progrès constituent un exemple et un cas d'école pour beaucoup de pays en Afrique en terme d’amélioration du climat des affaires’, a déclaré Awa Cissé Wagué, la représentante de la BM qui plantait ainsi le décor de cette cérémonie de lancement.

 Même réaction du côté de la Société Financière Internationale (SFI). ‘Nous comprenons par ce rapport que le climat des affaires au Togo devient de plus en plus favorable aux PME. Le Togo devient ainsi plus attractif pour les investisseurs, y compris pour ceux qui pourraient bénéficier d’un appui de la SFI’, a indiqué OgunsulireRonke-Amoni, la représentante régionale de la Société Financière.

Pour le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, ‘Ces résultats sont remarquables, excellents et exceptionnels. Ils traduisent trois choses à savoir une vision, une ambition et une volonté politique’. « Vision : Celle de Son Excellence, Monsieur le Président de la République de faire de notre pays une place de premier choix pour les investisseurs et pour le secteur privé aussi bien national qu’international ; Ambition : celle du Chef de l’Etat de transformer structurellement et durablement l’économie togolaise pour en faire une économie émergente à l’horizon 2030 afin de parvenir à une croissance soutenue et inclusive génératrice d’emplois massifs et contribuant à la réduction de la pauvreté en lien avec les objectifs stratégiques du PND ; Volonté politique : celle du Président de la République et du Premier Ministre qui impulsent, engagent courageusement et coordonnent l’action gouvernementales vers plus de réformes, plus d’écoute et d’ouverture envers le secteur privé ».

Et le ministre de poursuivre en ces termes :« Madame la Représentante Résidente, vous avez fait si bien de dire et je vous cite : (Comme le Rwanda, le chemin que vient de tracer le Togo au cours de ces deux dernières années, fait du pays un exemple et sera désormais un cas d’école pour beaucoup de pays africains qui voudraient changer leur parcours ). Oui le Togo est un cas d’école, oui le Togo trace le chemin, oui le Togo a toujours tracé le chemin sur beaucoup d’initiatives notamment au plan africain et je voudrais vous dire que ces résultats constituent donc un défi pour nous pour maintenir ce niveau et je voudrais vous assurer de l’engagement de l’ensemble du Gouvernement pour continuer à maintenir le rythme des réformes et parvenir à des résultats encore plus encourageant l’année prochaine. Nous avons noté les points essentiels sur lesquels nous devrions travailler notamment au niveau du paiement des impôts et aussi dans l’exécution des contrats avec l’opérationnalisation des tribunaux de commerce qui viennent d’être créés et la dématérialisation des procédures ainsi que la mise en place des chambres des petites créances. Nous avons pris bonne note et nous allons continuer le travail dans ce sens pour améliorer toujours le climat des affaires ».

Du côté de la Société Financière Internationale (SFI), c’est également un sentiment de satisfaction. ‘Nous comprenons par ce rapport que le climat des affaires au Togo devient de plus en plus favorable aux PME. Le Togo devient ainsi plus attractif pour les investisseurs, y compris pour ceux qui pourraient bénéficier d’un appui de la SFI’, a indiqué OgunsulireRonke-Amoni, la représentante régionale de la Société Financière.

Enfin Sandra Ablamba Johnson, la ministre-conseillère, coordinatrice de la Cellule climat des affaires, entend maintenir le cap.‘Un plan d'action est mis en place et il y aura également un suivi rapproché pour voir si ce que nous disons est effectivement réalisé sur le terrain'.

 

Le Togo a fait un bond de 40 places dans le classement Doing Business se situant ainsi au 97e rang mondial (sur 190 économies). Ces résultats excellents, obtenus par notre pays, signifient pour les entreprises et pour le secteur privé un climat d’affaires plus favorables et plus attractifs et nous espérons que le secteur privé saisira donc toutes les opportunités pour investir encore plus et travailler avec le Gouvernement pour continuer à améliorer le climat des affaires de sorte à rendre leurs investissements rentables et productifs.

Mieux, la Banque mondiale relève que les économies qui se sont le plus améliorées sont, l’Arabie Saoudite, la Jordanie, le Togo, le Bahreïn, le Pakistan et la Chine, notamment.Le rapport Doing Business est publié depuis quinze ans par la Société financière internationale (SFI), bras privé de la Banque mondiale. Il compare les cadres réglementaires de 190 économies dans le monde et classe les pays selon douze aspects – contre 10 l’année précédente - de la réglementation des affaires, tels que la création d’entreprise, la solvabilité ou le commerce frontalier.L’indice final est obtenu en calculant la moyenne pondérée de douze sous-indices qui permette d’évaluer l’investissement argent/temps nécessaire pour lancer une entreprise dans un pays donné.

Top