Aller au contenu principal
Ministère de l'Economie et des Finances

Sani YAYA préside la réunion du Comité technique du cadre de concertation Gouvernement –Secteur Privé

Publié le : 16 mai 2020
Comité technique

Plusieurs membres du Gouvernement ont pris part à cette rencontre avec des apports utiles

Les milieux d’affaires s’inquiètent légitimement des conséquences économiques de la crise du coronavirus. Pour apporter des réponses à leurs inquiétudes, le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, a présidé ce vendredi 15 Mai 2020, la réunion du Comité technique du cadre de concertation gouvernement-secteur privé.
‘Comme vous le savez déjà, j’allais dire comme vous le vivez déjà, la pandémie (…) est une véritable crise sanitaire et humanitaire mondiale aux conséquences sociales, économiques et financières désastreuses sur la vie socioéconomique’, a déclaré le ministre.
D’après la dernière révision du cadre macro-budgétaire, le taux de croissance du PIB pourrait être de 1,3% et même connaitre une contraction de 1,5% en 2020 dans l’hypothèse la plus pessimiste contre une prévision initiale de 5,5%. 
Subséquemment et en liaison avec toutes les mesures fiscales prises par le gouvernement pour soutenir les entreprises, les ressources budgétaires risquent de passer de 578,4 milliards à 348,4 milliards de F cfa, avec une baisse des recettes fiscales d’environ 198 milliards, aggravée par une baisse des recettes non fiscales et de services de 32 milliards, dans un contexte de hausse des dépenses de santé et sociales. 
Le gouvernement a adopté toute une série de mesures visant à maintenir l’activité économique par un soutien à la consommation des ménages et aux besoins des entreprises du secteur privé durant la crise.
Elles bénéficient des dispositions particulières pour les aider à surmonter cette épreuve, notamment sur le plan fiscal. Les autorités feront tout pour protéger le tissu des PMI/PME comme d'ailleurs le secteur informel. La mobilisation a été engagée dès le début de la crise sanitaire.
Pour Sani Yaya, 'cette crise sera sans doute l'occasion de repenser notre modèle économique pour le rendre moins dépendant de l’extérieur et donc plus résilient face aux chocs externes'. Cette nouvelle orientation de la politique économique amènera sans doute le Togo à réviser et à actualiser son plan national de développement pour lequel le secteur privé est appelé à jouer un rôle.
Des questions du secteur privé, des réponses ont été apportées, notamment les efforts du Gouvernement pour développer le secteur agricole, des efforts du gouvernement dans le domaine du commerce avec les subventions de certains produits, l’amélioration continue du climat des affaires, les efforts en matière de l’énergie et de l’eau. Il a même été rappelé au secteur privé qu’à ce jour il n’y a plus de dette commerciale dans le portefeuille de l’Etat, ce qui veut dire que les paiements des dettes commerciales est réglé systématiquement dans le but de relancer l’activité économique. 
Enfin le ministre Sani a rassuré le secteur privé moteur de la croissance et s’est dit satisfait de cette rencontre. « Je note que le secteur privé a présenté une série de doléances qui est issue de leur analyse des impacts du Covid. Je relève que le Gouvernement a apporté de façon proactive et de façon anticipée des réponses précises et claires aux doléances. Le Gouvernement n’a pas attendu que les doléances lui soient posées avant de donner des réponses. Nous avons donc dit dans notre intervention que le Gouvernement était soucieux de se préoccuper par la situation du secteur privé. Il ne pouvait en être autrement, parce que le PND que le Gouvernent a adopté et met en œuvre fait appel au secteur privé pour le financer à hauteur de 2/3. C’est pour cela que le Gouvernement en permanence est soucieux de la situation du secteur privé, de sa robustesse, de la qualité de sa situation financière, de sa capacité à lever des ressources ; de sa capacité donc à investir, parce que de tout ceci a pour but, la création de l’emploi et c’est l’un des objectifs phares où en tout cas, l’un des objectifs principaux du PND, c’est la création massive d’emploi. Nous avons donc préféré utiliser le résultat de vos enquêtes, de vos propres enquêtes qui ont abouti à la formulation des doléances. Donc le Gouvernement a anticipé sur les doléances, ne les ayant pas attendues et a proposé déjà dans le message du 1er avril 2020, le Chef de l’Etat, Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, le Gouvernement a proposé une série de mesures en faveur du secteur privé », a ajouté Monsieur Sani YAYA. 
Un compte rendu sera fait à Son Excellence, Monsieur le Premier Ministre. des conclusions de cette rencontre, des analyses, des doléances du secteur privé ainsi que les réponses apportées et la présentation des mesures qui ont été déjà prises par le Gouvernement et celles qui sont envisagées. Il lui appartiendra d’organiser la réunion du cadre de concertation qui est de son ressort. 

Top