Conjoncture économique favorable

Conjoncture économique favorable

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Les députés ont adopté jeudi le collectif budgétaire qui s’inscrit dans le cadre des efforts du gouvernement pour assurer la transparence, le réalisme et la sincérité dans la gestion des finances publiques.

Cette loi de finances rectificative permet de prendre en compte non seulement les perspectives macroéconomiques plus favorables que prévues avec le renforcement du regain de l’activité économique en 2021 et son impact positif sur la mobilisation des ressources notamment les recettes fiscales et les ressources de trésorerie liées à l’encaissement des DTS du Fonds Monétaire international à hauteur de 111,7 milliards de Fcfa.

‘Les bonnes perspectives de croissance de l’activité économique annoncées aux plans international, et régional, couplées avec les mesures de riposte sanitaire et socioéconomique prises par le gouvernement ainsi que la mise en œuvre des projets et réformes de la feuille de route et l’opérationnalisation de la plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA), constituent une source de renforcement du dynamisme de l’économie nationale à travers la progression attendue des activités de production de biens et services ainsi que des exportations’, a déclaré Sani Yaya, le ministre de l’Economie et des Finances.

Cette conjoncture économique favorable a permis d’engranger des recettes fiscales supplémentaires de à 22,7 milliards.

Comparativement au budget initial, les recettes budgétaires de la loi de finances rectificative enregistrent une progression de 9% pour s’établir à 915,6 milliards, soit une augmentation de 75,7 milliards par rapport au budget initial. 

De même, les dépenses budgétaires ont connu une hausse de 98,9 milliards, soit une progression de 8,8%.

La loi de finances rectificative ressort en hausse de 11,9% par rapport à la loi initiale pour s’équilibrer en recettes et en dépenses à 1702,9 milliards.