• Accueil
  • Contre la vie chère, le gouvernement apporte la réponse idoine

Contre la vie chère, le gouvernement apporte la réponse idoine

Contre la vie chère, le gouvernement apporte la réponse idoine

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Plusieurs mesures pour aider les populations

A l’heure actuelle, la vie chère reste et demeure la principale préoccupation de la population. Le gouvernement a annoncé le 27 avril 2022 une série de mesures pour alléger le porte-monnaie des Togolais.

Les prix du maïs, sorgho, haricot, petit mil et riz sont plafonnés. Il en est de meme concernant les produits importés (huile, lait, lait, farine de blé …) .Ces produits seront exonérés de TVA.

Dans le but de renforcer la résilience des populations, le gouvernement a décidé de la baisse des taux d’intérêts des services du FNFI (Fonds national de la finance inclusive) de deux points et en particulier dans les zones les plus vulnérables.

Cette baisse est valable pour tous les crédits obtenus depuis le 1er janvier 2022.

Afin de soutenir le pouvoir d’achat des populations, le Gouvernement décide de ce qui suit : 

La suspension des remboursements de l’avance d’un mois de salaire accordée au début de l’année aux fonctionnaires des secteurs public et parapublics et aux retraités.

A compter du 1er mai et pour une durée de 3 mois, le paiement des taxes de tickets de marché est suspendu sur tous les marchés.

Cette mesure ne concerne pas les loyers de boutiques et de magasins. 

Une subvention de l’Etat sera accordée à cet effet aux structures de gestion des marchés (EPAM et Mairies) afin de leur permettre de faire face au manque à gagner. 

Lors de son allocation en soirée, le président Faure Gnassingbé a dressé un état des lieux de la situation économique de son pays.

‘Le monde traverse une conjoncture marquée par une superposition de crises d’une ampleur jamais égalée. Cette situation, exacerbée par la guerre en Europe et ses conséquences, se traduit notamment par la dégradation de l’économie mondiale. Elle est particulièrement ressentie sur les prix des produits de première nécessité́ et des produits pétroliers, et entraîne un risque majeur en matière de sécurité alimentaire’, a-t-il déclaré.

Des signes d’optimisme existent. Le leader togolais l’a confirmé lors de son discours.

‘(…) notre pays affiche un taux de croissance de 5,3% pour l’année 2021. Cette performance encourageante confirme que nous devons continuer de nous appuyer sur les forces de notre économie mais aussi sur des mesures sociales innovantes et inclusives’, a-t-il indiqué.

Autre bonne nouvelle, la baisse des contaminations au Covid-19, même si la vigilance reste de mise.