• Accueil
  • LA KFW, L’UE ET L’AFD APPUIENT FORTEMENT LE TOGO

LA KFW, L’UE ET L’AFD APPUIENT FORTEMENT LE TOGO

LA KFW, L’UE ET L’AFD APPUIENT FORTEMENT LE TOGO

Partager sur :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Il s’agit du premier partenariat conjoint entre la France, l’Allemagne et l’Union Européenne dans le cadre du soutien multiforme aux efforts du développement des autorités togolaises. Par cette  signature en date du 23 janvier 2018,  grâce évidemment à l’Agence française de développement (AFD), l’Union européenne et la KFW (Banque publique allemande), il est mis à la disposition du  gouvernement togolais, un montant total de 58 millions  euros équivalent à environ 40 milliards de f Cfa sous forme de prêts concessionnels et de subventions. 

Ces accords marquent la reprise des prêts souverains de l’AFD au Togo, suite à l’accord FMI signé en mai 2017. Le premier prêt AFD (30 millions d’euros), combiné à une subvention déléguée de l’UE (8 millions d’euros) et de la KfW (10 millions d’euros), visent à sécuriser et à stabiliser l’approvisionnement en électricité de la région métropolitaine de Lomé, tout en contribuant à la réduction des pertes techniques et commerciales. La fiabilité du réseau de distribution d’électricité étant essentielle pour le développement industriel et commercial du Togo, elle soutient la création d’emplois et peut ainsi contribuer à la croissance durable de l’économie togolaise.

Ces financements permettront d’étendre le réseau de distribution électrique de Lomé à travers l’installation de lignes basse et moyenne tension, la construction d’un bureau de télé conduite et le raccordement de nouveaux abonnés.

Outre le secteur énergétique, les partenaires du Togo, tablent également sur de meilleurs résultats au niveau de l’agriculture togolaise en appuyant la filière café – cacao, avec  une convention de soutien à l’amélioration des pistes rurales (PAPR) pour un montant de 10 millions d’euros. Ainsi, dans le cadre de cet accord, l’AFD s’engage à mettre à disposition de l’Etat togolais, une enveloppe 10 millions d’euros (soit 6,6 milliards de francs CFA) sous forme de prêt concessionnel, en complément des 17 millions d’euros de subvention déjà accordés par la  Coopération allemande au développement à travers la KfW dans le cadre de ce projet. Ces financements contribueront au développement économique des zones de production de coton, de café et de cacao par l’amélioration de l’accès des exploitations agricoles, aux moyens de production et aux débouchés. Ils permettront également une amélioration des conditions de vie des populations par un meilleur accès aux services de base.

Très sensible à ce geste  des partenaires de notre pays, le ministre de l’économie et des finances monsieur Sani YAYA a indiqué : « Je me réjouis de ces financements qui permettront de soutenir les actions de développement du Gouvernement pour le bien-être de nos populations conformément à la politique inclusive du Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE. A travers les différentes  contributions, l’Agence Française de développement (AFD), la Coopération Allemande (KfW) et la délégation de l’Union  Européenne viennent de manifester une fois encore la détermination de la France, de  l’Allemagne et  de l’Union Européenne à appuyer le Gouvernement togolais dans ses actions quotidiennes visant   la relance de l’économie nationale, mais surtout à assurer  le bien être des populations dans leur ensemble. Je voudrais vous exprimer les sincères remerciements du Gouvernement togolais pour les soutiens et les appuis multiformes que la France, l’Allemagne, et  l’Union Européenne, à travers vos institutions, ne cessent de lui apporter dans ses efforts de développement inclusif pour l’amélioration des conditions de vie des populations togolaises ».

Reconnaissant  le rôle essentiel que joue l’agriculture dans le développement économique du pays, Sani YAYA a une fois encore laissé entendre que : « l’état  défectueux des pistes rurales rend difficile l’accès aux marchés avec comme conséquence le pourrissement des denrées. De même, les intrants agricoles n’arrivent pas aux exploitants au moment opportun du cycle de production. Le mauvais état de nos pistes rurales empêche également le développement économique des ménages en termes d’accès aux prestations sociales, au commerce et à l’éducation. Le Projet de réhabilitation de Pistes rurales et de renforcement des capacités des acteurs du secteur est aussi une réponse idoine pour favoriser un développement inclusif des zones rurales notamment les zones de production du coton, du café et du cacao par l’amélioration de l’accès des exploitations agricoles aux moyens de production et aux débouchés. Je me félicite donc de ces financements qui cadrent parfaitement avec la vision du Président de la république et la politique du Gouvernement qui vise à répondre aux besoins de nos populations, notamment dans la région périphérique de Lomé et dans les  zones rurales. Je voudrais donc vous assurer de l’engagement du Gouvernement togolais à veiller à la bonne exécution de ces projets conformément aux plans d’exécution prévus de commun accord ».

Rappelons que Les fonds destinés au financement du Projet d’extension du réseau électrique de Lomé seront intégralement rétrocédés à la CEET conformément aux dispositions des différents Accords. Quant au Projet de réhabilitation de Pistes rurales et de renforcement des capacités des acteurs du secteur, la maîtrise d’ouvrage sera confiée au ministère de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique et la mise en œuvre sera réalisée par le ministère des infrastructures et des transports.