• Accueil
  • Les avancées économiques du Togo mises en relief à la 44 ème réunion de la BID à Marrakech

Les avancées économiques du Togo mises en relief à la 44 ème réunion de la BID à Marrakech

Les avancées économiques du Togo mises en relief à la 44 ème réunion de la BID à Marrakech

Partager sur :

Facebook
Twitter
LinkedIn

La 44e réunion annuelle du Groupe Banque islamique de développement (BID) se déroule depuis vendredi à Marrakech. Sani Yaya, le ministre de l’Economie et des Finances – et Gouverneur de la BID, est intervenu samedi pour présenter les avancées économiques réalisées par le Togo et pour tracer les grandes lignes des projets de développement. Il a rappelé que son pays bénéficiait depuis une dizaine d’années d’un cadre macroéconomique stable avec un taux de croissance moyen supérieur à 5% et une inflation maîtrisée à moins de 2%. Mieux, le Togo est parvenu à contrôler son déficit budgétaire qui est désormais en dessous de la norme communautaire de l’UEMOA à 3% du PIB. Des résultats qui ont permis l’intervention du FMI via la Facilité élargie de crédit (FEC).

Pour Sani Yaya, ces résultats illustrent ‘le ferme engagement et de la grande discipline dont fait preuve le gouvernement dans la gestion de ses finances publiques. En effet, le gouvernement est résolument engagé dans une politique vertueuse de réformes, d‘assainissement de ses finances publiques, de consolidation budgétaire et de stabilisation de son cadre macroéconomique ainsi que de maîtrise de son endettement’. Et le ministre de donner des chiffres qui parlent d’eux-mêmes. En février 2019, le taux d‘endettement a été ramené à 70,7% et devrait descendre en 2019 sous la barre de 70% du PIB, en conformité avec la norme communautaire de l‘UEMOA.

Il a demandé le soutien de la BID pour atténuer l’effet de la pauvreté sur les populations : « Qu’il me soit permis, à cette occasion de saluer les efforts du Groupe de la BID en faveur des populations les plus vulnérables à travers le financement des projets structurants. Le Togo témoigne particulièrement sa gratitude à la BID pour ses appuis multiformes à sa politique de développement économique et social dans le financement des projets d’infrastructures, d’éducation, de santé, d’électrification rurale et d’agriculture. Le Gouvernement togolais apprécie l’engagement de la Banque à ses côtés dans sa volonté d’éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes à travers le financement des institutions de micro-finances ».

Par ailleurs, à cette tribune, M. Yaya a exposé les grandes lignes du Plan national de développement (PND) sur la période 2018-2022.

YAK

´Ce plan qui sert désormais de cadre de référence pour la politique de développement est un ambitieux projet quinquennal de transformation profonde de l‘économie togolaise dont la mise en œuvre nécessitera un financement d’environ 8,3 milliards de dollars avec une contribution de 65% du secteur privé’, a-t-il souligné. M. Yaya a remercié la Banque islamique de développement pour son appui. Il s’est dit certain de pouvoir compter sur l’appui financier et technique de la  BID pour mener à bien le PND. Un remerciement tout particulier de M.YAYA est allé à l’endroit du Président du Groupe de la BID : « Permettez-moi, pour terminer mon propos, de renouveler au nom de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise, du gouvernement et du peuple togolais, mes remerciements au Docteur Bandar Bin Mohamed Al-HAJJAR, Président du Groupe de la BID, pour tous ses efforts visant à redynamiser et à renforcer les interventions de la Banque dans nos Etats respectifs ».

La réunion de Marrakech est l’occasion pour les représentants des Etats membres de décortiquer les quatre piliers essentiels du plan quinquennal de la Banque, à savoir les partenariats public-privé, la science, la technologie et l’innovation, la chaîne de valeur mondiale et “la finance islamique.