• Accueil
  • Sani YAYA préside ce 30 septembre à Dakar, la session ordinaire du Conseil des ministres de l’Union,

Sani YAYA préside ce 30 septembre à Dakar, la session ordinaire du Conseil des ministres de l’Union,

Sani YAYA préside ce 30 septembre à Dakar, la session ordinaire du Conseil des ministres de l’Union,

Partager sur :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Le projet d’ordre du jour s’articule autour des points inscrits par la commission de l’UEMOA et le CREPMF.

M. Sani YAYA le Président du Conseil des ministres (PCM) de l’UEMOA indique que cette rencontre se tient dans un contexte de reprise progressive de l’économie au sein de l’Espace. Mais la crise russo-ukrainienne entraîne des effets négatifs.

« Aussi, voudrais-je, au nom du Conseil, adresser mes encouragements :au Président de la Commission de l’UEMOA, au Gouverneur de la BCEAO, au Président de la BOAD,ainsi qu’au Président du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers, pour les mesures appropriées mises en œuvre, en vue d’accompagner nos Etats et d’atténuer les effets négatifs de cette crise internationale sur nos économies. Par ailleurs, Monsieur Jean-Claude Kassi BROU a pris effectivement fonction à l’issue d’une cérémonie de prestation de serment que j’ai présidé le 8 juillet 2022.

 Je voudrais également, à ce stade de mon propos, féliciter à nouveau Monsieur Jean-Claude Kassi BROU, pour sa nomination en qualité de Gouverneur de la BCEAO, et formuler à son endroit, mes vœux de plein succès dans l’accomplissement de la mission qui lui a été confiée. Au regard de sa riche et brillante carrière au sein d’Institutions internationales et dans la haute Administration de son pays, nous sommes assurés que son action à la tête de notre Institut d’émission commun contribuera à renforcer la crédibilité de la Banque Centrale et l’efficacité de la politique monétaire ainsi que la résilience des secteurs bancaire et financier », souligne le Président du Conseil des Ministres. 

Cette session a à l’ordre du jour les points inscrits par la Commission de l’UEMOA et le CREPMF (Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers de l’UMOA).

Des évolutions sont intervenues dans la composition du Conseil avec l’arrivée de nouveaux membres qui ont reçu les félicitations et mots de bienvenu du PCM, qui les assure de l’appui constant et de la disponibilité du conseil, dans la poursuite de la consolidation du processus d’intégration. Aux Ministres sortants, il a réitéré les remerciements et la reconnaissance du Conseil pour la qualité de leurs contributions aux travaux de cet Organe.

Les 8 pays membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) tablent sur des prévisions de croissance de 5,2% et 5,6% aux troisième et quatrième trimestres de 2022, a annoncé, vendredi à Dakar, le président de son conseil des ministres, Sani Yaya, le ministre togolais de l’Economie et des Finances.

Cela montre la résilience des économies régionales dans un contexte d’inflation et de guerre entre la Russie et l’Ukraine.

Toutefois, a souligné M. Yaya, ‘les économies des Etats membres restent confrontées aux difficultés d’approvisionnement, notamment en produits alimentaires et en intrants agricoles’.

Le contexte de tension internationale ‘induisent de fortes tendances inflationnistes avec un taux d’inflation en glissement annuel de 5,9% au mois de juillet 2022.

Les pays de l’UEMOA ont pris des mesures pour lutter contre la vie chère.

Ces interventions ont dans l’ensemble fragilisé la situation budgétaire des Etats membres, rendant difficiles les perspectives d’une consolidation budgétaire rapide’, a souligné Sani YAYA, insistant ‘sur les efforts importants que ne cessent de consentir les Etats membres pour atténuer les souffrances des populations face à la flambée des prix’.

Outre les difficultés économiques, la région est aussi confrontée à la menace sécuritaire et à ses incertitudes.

Pour le président du conseil des ministres de l’UEMOA, les Etats membres doivent appliquer les orientations de l’Union dont l’objectif est de permettre d’améliorer la situation et de préparer les économies régionales à faire face à de nouveaux chocs.