• Accueil
  • Tout compte fait, l’optimisme est là

Tout compte fait, l’optimisme est là

Tout compte fait, l’optimisme est là

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Maximilien KAFFO  nouveau Représentant Résident du FMI au Togo a rencontré les journalistes des questions économiques

Selon le Monsieur KAFFO, en dépit de la crise sanitaire, l’économie togolaise a poursuivi sa croissance au premier semestre de 2021, après la contraction observée au deuxième trimestre de 2020. 

Les secteurs de l’industrie, du commerce, des services ont retrouvé leur niveau d’activité d’avant pandémie.

Des résultats qui pourraient être compromis pour le deuxième semestre 2021 en raison des incertitudes sur l’évolution de l’épidémie.

La reprise de la production est également le reflet d’une reprise soutenue de la demande (intérieure et extérieure), a précisé M. KAFFO.

Les indicateurs à haute fréquence de croissance en glissement trimestriel indiquent que la consommation des ménages, les activités portuaires et aéroportuaires, ainsi que les productions destinées à l’exportation ont poursuivi leur croissance durant les 6 premiers mois de 2021. 

Au cours de cette période, les importations ont rattrapé leur niveau de 2019 tandis que les exportations sont restées stables à leur niveau de 2020, induisant ainsi une légère détérioration de la balance commerciale. 

L’inflation s’est établie à 5,7% en glissement annuel en septembre, une amélioration par rapport aux 6,8% observés en juillet et août suite à la hausse des prix des produits alimentaires.

Le déficit budgétaire s’est amélioré sur la première moitié de 2021 grâce à une bonne tenue des recettes fiscales, reflétant la reprise de l’activité économique, ainsi qu’une faible exécution des dépenses d’investissement. 

S’agissant du secteur financier, l’appétit des investisseurs institutionnels pour les titres publics en 2020 est resté intact durant la première moitié de 2021. 

Les mesures de soutien à l’activité économique prises par la BCEAO en mars 2020 continuent à produire des effets en 2021 comme le montre la diminution des taux et l’accélération du volume de crédits sur la même période.

En ce qui concerne le programme, aussi a-t-il indiqué que les discussions sont en cours et que l’allocation DTS a permis d’éliminer les pressions sur les finances publiques à court termes, donnant ainsi l’opportunité au Fonds et aux autorités de poursuivre les négociations en toute sérénité pour s’assurer que les réformes qui vont être soutenues par le programme sont bien calibrés aux circonstances particulières du Togo.