• Accueil
  • Akinwumi Adesina reconduit à la tête de la BAD pour 5ans

Akinwumi Adesina reconduit à la tête de la BAD pour 5ans

Akinwumi Adesina reconduit à la tête de la BAD pour 5ans

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Reconduction intervenue au cours des Assemblées Annuelles de cette institution en visio-conférence les 26 et 27 août 2020.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Monsieur Sani YAYA a pris part activement à cette grande messe.

La 55e assemblée annuelle de la Banque africaine de développement (BAD) et la 46e réunion du Conseil des gouverneurs du Fonds africain de développement (FAD) ont débuté le 26 août 2020 à Abidjan.

‘Chers gouverneurs, ces Assemblées annuelles sont pour moi l’occasion de vous offrir à nouveau mes services et de briguer un second mandat à la présidence de la Banque. Je le fais avec humilité. Je le fais avec un sens aigu du devoir et de l’engagement. Je le fais pour servir l’Afrique’, c’est donc la déclaration faite hier lors de l’ouverture de cette grande messe.

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, était candidat à sa propre succession. Les Assemblées de l’institution qui se déroulent pendant deux jours par visioconférence, lui ont donné satisfaction après un vote qui s’est déroulé par voie électronique.

Dans son discours d’ouverture, le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, a souligné le contexte particulier de ces assemblées marquées par la pandémie de covid‑19. Il a insisté sur le soutien déterminant de la Banque avec la facilité de réponse au covid‑19 qui a permis de financer et de soutenir les pays africains dans la mise en œuvre rapide des plans de lutte contre la pandémie. 

Selon les estimations de la BAD, le continent pourrait perdre au moins 173,1 milliards de dollars de PIB en 2020 et 236,7 milliards de dollars en 2021 en raison de la pandémie. 

A ce jour les restrictions et mesures de confinement strictes imposées au début de la crise, et assouplies progressivement, ont causé la fermeture en masse d’entreprises et des millions de pertes d’emplois. L’objectif est donc d’amortir le choc d’une récession d’ores et déjà envisagée.

S’adressant aux participants, le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a indiqué que l’Afrique avait perdu plus d’une décennie des gains réalisés en matière de croissance économique. 

‘La reprise sera longue et difficile pour l’Afrique. Nous devons maintenant aider le continent à se relever, avec audace, mais aussi avec intelligence, en accordant une plus grande attention à une croissance de qualité : la santé, le climat et l’environnement’, a-t-il déclaré.