• Accueil
  • Ouverture à Lomé d’un atelier de Pré-Evaluation du Dispositif de Lutte contre le Blanchiment de Capitaux et le Financement du Terrorisme du Togo

Ouverture à Lomé d’un atelier de Pré-Evaluation du Dispositif de Lutte contre le Blanchiment de Capitaux et le Financement du Terrorisme du Togo

Ouverture à Lomé d’un atelier de Pré-Evaluation du Dispositif de Lutte contre le Blanchiment de Capitaux et le Financement du Terrorisme du Togo

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

« Notre présence ici marque le lancement officiel de l’évaluation mutuelle du dispositif national de Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme », a déclaré ce matin lors de l’ouverture de ce l’atelier, monsieur Kossi TOFIO directeur de cabinet du ministère de l’économie et des finances.

Les recommandations du GAFI ont été profondément modifiés en 2012. L’évaluation se fait suivant une nouvelle méthodologie qui combine la conformité technique et l’efficacité du dispositif de lutte. En effet, Cette évaluation va impliquer tous les acteurs des secteurs publics et privés intervenant dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Cet exercice consiste pour le Togo à démontrer le niveau de sa conformité aux normes internationales et le niveau d’efficacité de son dispositif. La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme constituent à n’en point douter, l’affaire de toute la communauté internationale. Celle-ci à travers le GAFI, a établi les standards internationaux auxquels doivent se référer tout pays pour légiférer et mettre en place son dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Ces standards internationaux appelés recommandations du GAFI, ont été acceptés par le Togo et reconnus comme normes de référence. Toute norme de référence induisant une mesure de conformité, le Togo a également accepté le principe de l’évaluation mutuelle. C’est ainsi qu’il a soumis en 2010 son dispositif à l’évaluation mutuelle du GIABA dans le cadre du premier cycle.

A l’issue de cette première évaluation, le Togo a reconnu quelques difficultés de mise en œuvre et a accueilli toutes les recommandations qui lui ont été faites en vue de l’amélioration de son dispositif. Notre pays a ensuite bénéficié d’un régime de suivi bienveillant du GIABA qui l’a accompagné de 2011 à ce jour afin de régler les problèmes découlant des difficultés antérieures constatées.

Le representant du ministre de l’économie et des finances a également insisté sur le fait que : « Le Gouvernement Togolais sous le leadership du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, accorde une grande importance à la paix et à la sécurité dans le monde et aussi à l’intégrité de son système financier. C’est pourquoi nous voudrions saisir cette opportunité que nous offre cette rencontre pour saluer le grand intérêt que le Président de la République accorde à la lutte contre le crime organisé en général, le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en particulier ».

Il convient de noter que cet intérêt se manifeste par une volonté politique clairement affichée consistant à la prise de décisions idoines permettant au Togo de mener efficacement la lutte contre ces fléaux.