• Accueil
  • Présentation du Rapport du FMI portant sur les Perspectives Economiques Régionales de l’Afrique Subsaharienne

Présentation du Rapport du FMI portant sur les Perspectives Economiques Régionales de l’Afrique Subsaharienne

Présentation du Rapport du FMI portant sur les Perspectives Economiques Régionales de l’Afrique Subsaharienne

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Les perspectives favorables pour un retour à la croissance

Le document a été présenté jeudi 25 novembre 2021 à Lomé par le représentant du Fonds au Togo, Maximilien Kaffo, en présence du secrétaire permanent chargé des réformes, Kpobie Tchasso Akaya, qui représentait le ministre de l’Economie et des Finances.

Ce rapport est une interpellation pour tous les pays de la région avec un thème évocateur ‘’ UNE PLANÈTE, DEUX MONDES, TROIS RÉALITÉS 

En effet, la planète reste aux prises avec à la fois la pandémie et une accélération des changements climatiques, qui toutes deux interpellent sur la nécessité de renforcer la coopération et le dialogue à l’échelle mondiale. 

La recherche de solutions à ces défis mondiaux doit mobiliser tous les pays, en particulier ceux de l’Afrique subsaharienne, qui possèdent un potentiel très prometteur en matière d’énergies renouvelables et une population dynamique. 

Les perspectives économiques africaines présentent des divergences.

Ces divergences s’expliquent notamment par des campagnes de vaccination plus lentes, des disparités régionales sur le plan de la résilience et un espace budgétaire plus restreint. Les perspectives demeurent sous le coup de l’incertitude et risquent d’être révisées à la baisse au regard de la conjoncture économique. 

La reprise dépendra notamment du rythme d’évolution de l’épidémie ; de la campagne de vaccination en Afrique ainsi que de la hausse des prix des denrées alimentaires. Le continent demeure exposé aux incertitudes de l’activité mondiale et des marchés financiers. 

Le potentiel de l’Afrique subsaharienne en général et du Togo en particulier reste cependant intact. La région se trouve à un moment critique pour opérer des réformes audacieuses et porteuses de transformations afin d’exploiter ce potentiel’, a déclaré M.Akaya.

Comme les autres pays de la région, l’activité économique au Togo a connu un ralentissement au cours de l’année 2020 en raison des effets de la pandémie. La croissance s’est toutefois établie à 1,8% du PIB, ceci grâce à la riposte engagée par le gouvernement pour limiter l’impact de la crise. Le gouvernement a adopté le plan ‘3R’ pour Riposte, Résilience et Relance. Ce plan vise à lutter contre la propagation du virus, c’est la riposte sanitaire. Il entend également maintenir l’activité économique à un niveau acceptable et renforcer la résilience du secteur privé. C’est le volet résilience

Enfin, le gouvernement a tout mis en œuvre pour redynamiser l’activité économique. C’est le troisième étage de cette stratégie. Il s’agit de la relance de l’économie nationale. Les efforts du gouvernement pour contenir les effets de la pandémie l’ont conduit à engager d’importantes ressources afin de financer les dépenses imprévues. L’achat de matériel sanitaire, la prise en charge des malades, les transferts monétaires avec Novissi pour aider les plus démunis, la prise en charge des tranches sociales de consommation d’eau et d’électricité, l’octroi de crédits aux producteurs agricoles en vue de soutenir la production agricole et assurer l’autosuffisance alimentaire.

Le gouvernement soutient également le secteur privé à travers des mesures d’allègement fiscales et la protection de l’emploi.‘Le rapport du FMI traduit bien ce que nous pouvons faire de meilleur quand toutes les forces vives travaillent en synergie. Le gouvernent réitère ici sa détermination, malgré les défis liés à la crise sanitaire, à poursuivre les efforts nécessaires pour une reprise soutenue de l’économie togolaise’, a souligné Kpobie Tchasso Akaya,

Les perspectives favorables à un retour à la croissance de l’activité économique au plan national couplées avec la poursuite de la mise en œuvre des projets et réformes de la Feuille de route gouvernementale et la mise en service récente de la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA) auront assurément des effets significatifs attendus sur la progression des activités de production de biens et services, la transformation ainsi que des produits d’exportation. 

Grace à cette impulsion budgétaire accompagnée des mesures prises à partir de la deuxième moitié de l’année 2020, la croissance économique est projetée à plus de 5,3% cette année 2021 contre 1,8% en 2020.  

Maximilien Kaffo s’est montré optimiste quant aux principaux indicateurs du Togo pour 2022, notamment avec l’intérêt de plus en plus grand des investisseurs.