• Accueil
  • Togo/Les Résultats du Rebasage du PIB validés en Conseil des ministres du 22 Septembre 2020

Togo/Les Résultats du Rebasage du PIB validés en Conseil des ministres du 22 Septembre 2020

Togo/Les Résultats du Rebasage du PIB validés en Conseil des ministres du 22 Septembre 2020

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Les nouvelles prévisions révisées font ressortir un taux d’endettement de 51,8% du PIB, contre 68,6% en 2020 (en prévision).

L’objectif est de mieux quantifier la valeur totale de la production de richesse annuelle effectuée par les agents économiques résidant dans le pays. Destiné à permettre de mieux prendre en compte certaines activités mal évaluées ou absentes dans les comptes nationaux courants, le processus consiste en un changement de l’année de base des calculs et en une application des nouvelles méthodes adoptées par la commission statistique des Nations unies. « Le Togo, à l’instar d’autres pays en Afrique, a opté pour la migration du système de comptabilité nationale (SCN) 1993 au système de comptabilité nationale (SCN) 2008 afin d’arrimer ses méthodes d’élaboration des comptes aux normes internationales actuelles et rendre ses agrégats macroéconomiques comparables sur le plan international », indique le communiqué ayant sanctionné le conseil des ministres sous la présidence de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE.

Selon la même source, la nécessité de réaliser cette migration s’explique par la révision du SCN 1993, des manuels de la balance des paiements et des finances publiques du Fonds monétaire international (FMI), de même que celle de la classification internationale type par industrie et de la classification centrale des produits.

« Cette migration du système de comptabilité nationale (SCN) 1993 au système de comptabilité nationale (SCN) 2008 a nécessité le changement de l’année de base (année 2016) vu que ces révisions impliquent des modifications méthodologiques et que l’année de base actuelle des comptes nationaux qui est 2007 ne permet plus de capter les changements de structures qui auraient pu être opérés dans l’économie », souligne t-on.

Les travaux ont abouti à la production des comptes de l’année de base 2016 et de l’année courante 2017, informe le gouvernement. Les résultats de ces comptes présentés en conseil par le ministre de l’Economie et des finances et la ministre de la planification du développement et de la coopération « ont fait l’objet de validation par des experts provenant desdites institutions partenaires au cours d’un atelier tenu à Lomé du 27 au 31 janvier 2020 ».

Au terme des travaux, l’on retient que le Produit intérieur brut (PIB) de 2016, sous le SCN 2008, passe à 3 574,4 milliards de FCFA contre 2 618,1 milliards de FCFA suivant le SCN 1993, soit une réévaluation de 36,5%. Pour l’année 2017, le PIB réel est de 3 729,8 milliards de FCFA, correspondant à un taux de croissance de 4,3% entre 2016 et 2017. Pour sa part, le PIB nominal s’établit à 3 713,6 milliards de FCFA pour la même année.

« En outre, en se basant sur les résultats du rebasage, le PIB nominal s’établit à 3.951,4 milliards de FCFA en 2018 et à 4.230,6 milliards de FCFA en 2019 selon le SCN 2008 contre respectivement 2.979,6 milliards de FCFA et 3.216,8 milliards de FCFA selon le SCN 1993. Les prévisions actualisées du PIB pour l’année 2020 se chiffrent à 4.399,9 milliards contre 3.322,3 milliards selon le SCN 1993 », informe le communiqué du gouvernement.

La réévaluation du PIB nominal a eu des incidences non négligeables sur les résultats obtenus, notamment le respect de « tous les critères de convergence de premier rang ». Ainsi, le ratio dette PIB s’établit désormais à 51,9 % en 2019 contre 68,3 % dans l’ancien système de comptabilité, et les nouvelles prévisions révisées font ressortir un taux d’endettement de 51,8% du PIB, contre 68,6% en 2020 (en prévision).

« En revanche, le taux de pression fiscale est passé de 20,8 % (SCN 1993) à 13,6% (SCN 2008) en 2019 et de 21,1% à 14,6% en 2020 (en prévision) pour une norme de 20,0% au minimum », informe le gouvernement.