• Accueil
  • 15 millions de dollars du Fonds d’Abou Dhabi pour le développement (ADFD), destiné à la centrale photovoltaïque de Blitta

15 millions de dollars du Fonds d’Abou Dhabi pour le développement (ADFD), destiné à la centrale photovoltaïque de Blitta

15 millions de dollars du Fonds d’Abou Dhabi pour le développement (ADFD), destiné à la centrale photovoltaïque de Blitta

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

En marge de l’assemblée générale de l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) qui se tient dimanche à Abu Dhabi, le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, a signé un protocole de financement concernant un projet de centrale photovoltaïque à Blitta. Il avait à ses côtés ses collègue des Mines et de l’Energie, Marc Ably Bidamon, et la ministre de l’Innovation, Cina Lawson.

L’investissement est d’environ 37 millions de dollars, soutenu à hauteur de 15 millions de dollars par un prêt du Fonds d’Abou Dhabi pour le développement (ADFD), une entité publique qui agit comme une agence publique d’aide au développement. Objet de la signature du jour. Mohammed Saif Ghanem Al Suwaidi, le directeur général du Fonds, a salué cet accord qui permet au Togo de renforcer son ancrage stratégique dans les énergies propres et bon marché.

Sani Yaya s’est félicité des efforts de l’ADFD pour soutenir des projets de développement durable au Togo et dans les pays en développement.  La centrale sera exploitée par la société AMEA Power (Dubaï) qui bénéficie d’un financement de 11 millions de dollars assuré par la BOAD. Construite à Blitta, elle aura une puissance 30 MWC (puis 50*). Suffisant pour desservir 600.000 foyers et alimenter 700 petites et moyennes entreprises.

adfd

Marc Ably Bidamon (G) et Sani Yaya lors de la cérémonie de signatureI. l est prévu un raccordement au réseau interconnecté pour la fourniture de l’énergie à la CEET. Les installations seront transférées à l’Etat en fin de concession, après 25 ans d’exploitation.  Le pays veut ainsi contribuer à la diversification du mix énergétique et à la réduction des coûts de production.  Un projet baptisé ‘Cizo’ prévoit de raccorder des millions de foyers d’ici 5 ans.

*Une première phase de 30 MWc sera mise en service avant la fin de l’année 2020 et une seconde de 20 MWc suivra 12 mois plus tard.